« Rencontre des fous »

« Rencontre des fous »
Cette même illusion dont on se nourrit,
à la rencontre de fous,
Aux rêves bâtis,
sur des songes sculptés par l’envie,
Cette envie de chasser de leurs vies,
ces pyrrhoniens aux vœux bannis.
On a ce sentiment de croiser,
lors d’une rencontre fortuite,
Ces extras terrestres,
ces amis,
Vivant dans cet univers,
rempli de vie,
La nôtre…
Aux projets utopiques,
Ces rêveurs, du haut de leur roche,
nous exhorte à vivre…
La rencontre des fous,
Ou ce bonheur que l’on partage,
à se dire,
non je ne suis pas cinglé,
juste un peu givré, de vouloir :
aimer, pousser, crier, peindre et rêver…
Non je ne suis pas eux,
aux rêves ternis,
Tableau d’un pessimisme d’ennui,
un défaitisme que je fuis…
Et je rencontre ces extras terrestres,
Ces compagnons d’infortunes,
Ces songes creux,
Et on creuse, notre profond enfoui,
On le déterre pour le peindre ici…
A ces fous perdus,
Je dis : Venez vous n’êtes pas seules,
Ici un comité d’amis s’est réuni,
pour son illusion, ou sa vision…
En tout cas à leur rencontre,
vous aurez gagné à dire,
j’ai trouvé mon univers,
où toutes nos chimères,
deviennent éternité,
feu de passions, mirages debouts,
notre sphère…
Seul des assembleurs de nuées,
Toqués,
Candides,
Fous aimants et rêvasseurs,
peuvent y résider,
et trouver dans cette « cage »,
toute leur liberté.
Cette allégorie de la caverne,
reflet de notre unicité,
on a ici pondu nos larmes d’enfants,
dérobés par les contraintes d’un monde effréné,
La rencontre des fous,
C’est être vous, et se rendre compte,
Que juste à côté,
votre voisin est aussi toqué,
il vous suffisait parfois de lui parler,
la tangente est votre illusion, votre vision,
vous l’avez partagé et en peinture vous l’avez craché.
© Moustapha Chein
18 Mai 2016

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»