Froideur

FROIDEUR,

A la froideur je m’essaye,

A vous je me rends,

Froideur, Froideur, Froideur,

Froideur de vous, froideur d elle,
Froideur de nous,

De cet hiver tant craint ,
Froideur es-tu là?

A moi tu te livre, ou Moi, viens-tu prendre ?

Je vais me défendre,
car tu me promets un blanc sans encre…
Dans ta neige je serais houlé,

Mais mon encre résisterait…

 

Froideur,
Tu ne m’auras pas,
M’en aller,

M’évader,

M’échapper,

M’étriper,

M’éliminer…

Peut-être par ma plume sauvé..

 

Mais voila que tu viens,

voila encore une autre saison,

Un calendrier comme horizon…

Cher Hiver j’ai besoin de rien,

pas d’une carte postale,

pas d’un présent,

Même pas d’un rien…
Ta saison est ma dérision,
laisse moi alors me donner,
A eux,

A lui,

A Elle,

A vous…
A mes lecteurs je veux me livrer,

Dans leur lectures je veux m’emprisonner…

 

Froideur, je t’en prie,
Ne vient pas me prendre,
Laisse moi m’en aller,

J’ai besoin de couler.

 

Froideur, froideur, Froideur,

Je risque de changer de cap,

pour ne plus jamais m’arrêter..
j’écrirais, et recommencerais,

Jusqu’à ce que les cœurs j’ai touché…
Cher Horizon, chère dérision,

Chère Froideur,

m’entends- tu?

Oui!
Mais je t’aurais,

Car dans ton illusion,

Je t’attraperais, t’enserrerais et t’étranglerais

jusqu’à ce que Snif, Snifisisme, et snifique,

deviennent chez toi des tiques..

 

Tant pis je recommencerais,

J’écrirais, peindrais et suinterais,

Jusqu’à ce que nouvelle saison on crierait,

Voila arrivé l’été,

Voila arrivé la gaieté,

voila alors ma félicité…
Froideur,

De toi je me défaits,

A eux je me remets…
Froideur que t’ai-je fais?

Qu’ai- je dis?

Froideur je pleure,

j’ai le cœur,

qui se meurt…

 

Froideur, Froideur, froideur,

Ma plume tu as épuisé,

Mon cœur tu as étripé,

Mon corps t’a engrainé,

Ma pensée t’a gelé,

Froideur je cris, je vis, je m’écris,

Car J’ÉCRIS.
Froideur je l’ai trouvé

LUI,

Oui,

Mon ouïe.

ma sève,

mon envie

 

Froideur tu me serres,

Pris entre deux saisons,
qui m’enserrent…

Viens me délivrer, viens m’enlacer,

et de moi défais,

de moi fuis et blanchis,

cette terre noircie,

blanchis là par ta neige,

oui ici.

 

Je te veux, mais sur ta glace jouer,

et mes mots :

seront chaleurs,

suave,

café…

 

© M.Chein

 

Artiste peintre : Georges Mathieu.

Georges_Mathieu_-_L_abduction_d_Henri_IV_par_l_archeveque_Anno_de_Cologne_-_1958 (1)

Commentaires:

Laisser un commentaire

«
»