[Juste avant le bonheur]

Juste avant le bonheur,

j’apercevais cette lueur.

juste avant le bonheur,

je regardais et matais cette splendeur.

Cet horizon que tu dessines de tes contours,

cet horizon qu’est nos vie, horizon de nos détritus,

nos brisures enfouies.

 

Juste avant le bonheur, j’observais,

et je humais notre heure,

celle où ton regard candide réveillerait mes sens,

me donnerait un cœur,

m’apprendrait à respirer, manger et dessiner;

car sans cette lumière je suis défais de moi,

je jette l’ancre et je pleure!

 

De ces jumelles je te surveille, te guette,

te respire.

 

Juste avant le bonheur tu étais espoir et j’étais rien,

tu étais danger, aquarelle, bonheur,

j’étais lavis,

mais vide de tes couleurs,

jusqu’à ce que tu te déverses sur ma plume

et que j explose,

en gouache, toile, eau, huile.

 

Juste avant le bonheur tu m’as peint,

et j étais rien,

tu m’as enfanté et tu m’as jeté.

J’ai continué à te zieuter, scruter, sniffer

et dans ma pensée tu dormais…

 

Juste avant le bonheur tu étais moi

et j’étais bien!

Juste avant le bonheur j étais né,

et avec toi le bonheur est vêlé…

 

Juste avant le bonheur.

[ © Moustapha Chein ]

 

12494737_821495747972982_1772551098303000084_n

Commentaires:

Une Réponse à “[Juste avant le bonheur]”

  1. 010446g
    010446g écrit:

    très beau

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Radotage: La roche du loup

Laisser un commentaire

«
»